Nos Festivals
Nos Projects
A propos de

Rahmatou KEÏTA

Quand j’étais petite, à Niamey, le cinéma était magique. À Lakuruusu, dans mon quartier, la Reine de Saba et Cléopâtre qu’on croyait africaines avaient subitement pris des traits de femmes blanches, à travers ceux de Gina Lollobrigida et de Liz Taylor. À voir les affiches des films, on avait tout faux… Nous ne connaissions absolument rien à notre histoire, avant que le cinéma arrive chez nous.

Certains soirs, on frisait l’émeute parce que Ramsès II alias Yull Brynner ressuscitait dans les 7 Samouraï ou Charlton Heston qu’on avait vu la veille, en Moïse, était devenu El Cid …